top of page
  • Photo du rédacteurYann Cabello

Le parapluie blanc ou argent en photographie

Photographe professionnel à Clermont-Ferrand, spécialisé en reportage photo, photographie événementielle et basse lumière, formateur photographie pour la ville de Clermont-Ferrand. Ma prestation ici.


Voici un article qui se veut être le résumé simple d'années de pratique professionnelle. Le parapluie blanc ou argent est un outil bien connu en photographie : extrêmement pratique à déployer, ranger et transporter, son prix est également plus abordable que celui des boîtes à lumière, bien que la différence ne soit pas flagrante lorsqu'il s'agit d'investir dans des produits de qualité, afin d'éviter les écueils que l'on rencontre souvent avec les produits bon marché : tilt magenta ou vert, rupture soudaine des baleines, surface réfléchissante argent douteuse... Dans tous les cas, il n'est pas capital d'investir dans la gamme la plus chère du marché, sauf si l'on recherche le maximum de cohérence avec le minimum d'effort ; si l'on travaille régulièrement avec des sets de lumière à plusieurs sources, on a évidemment tout intérêt à ce que les modeleurs ainsi que les flashs restituent une couleur similaire, ce qui peut être déterminant dans le rendu global.


NOTE PRÉALABLE

Toutes les observations consignées ci-dessous préconisent l'usage d'un bol réflecteur standard ou grand angle ; s'il est des usages ou le bol n'est pas une nécessité, il demeure un outil de choix pour limiter la dispersion préjudiciable de la lumière.


PARAPLUIE RÉFLECTEUR BLANC


Shallow et Deep white
©Profoto

1. Qualité de lumière

Sans toile de diffusion, il produit une lumière douce, certains diront "molle", qui trouve une application dans les scénarios de type soft focus, bébé...


En ce qui me concerne, je m'en sers principalement en lumière de remplissage et pour éclairer le fond.


2. Rendement

Le revêtement blanc mat n'étant pas spéculaire, le rendement n'est pas excellent, il faudra pousser un peu la puissance du flash.


3. Directionnalité

La lumière émise par le flash est renvoyée dans toutes les directions, ce n'est évidemment pas le modeleur le plus directionnel qui soit, ce qui peut représenter un atout dans certains scénarios.


4. Deep ou Shallow ?

Y a t-il vraiment une différence entre les parapluies blancs profonds et plats ? Au niveau de la qualité de la lumière, non, au niveau du contrôle de la propagation de la lumière, un poil, on le voit surtout lorsque le fall-off est très rapide (source très proche du sujet) et le flash focalisé (au fond du parapluie), le cercle de lumière est un peu mieux défini. Honnêtement, et dans la pratique, ce n'est pas si remarquable.


5. Toile de diffusion

En ajoutant une toile, on adoucit encore les transitions ombre/lumière (plus de diffusion), on réduit également le rendement.


PARAPLUIE RÉFLECTEUR ARGENT


Shallow silver et Focus 110
©Broncolor

1. Qualité de lumière

Sans toile de diffusion, il produit une lumière contrastée pour des couleurs saturées. Pour donner une idée, il a bien sa place dans un scénario en lumière mixte, lors d'une journée ensoleillée.


2. Rendement 

Le revêtement réfléchissant assure un rendement optimal.


3. Directionnalité

La surface réfléchissante se comporte un peu comme un mauvais miroir, la lumière émise par ces parapluies n'est pas collimatée, loin s'en faut, les rayons ne sont pas parallèles à la façon de la lumière émise par un parapluie réellement parabolique ou une lentille de fresnel ; la lumière émise n'est pas unidirectionnelle, ni facilement prévisible.


4. Deep ou Shallow ?

Une fois encore, nous voici face à des contre-vérités avancées par le service marketing des constructeurs ; un parapluie profond n'est pas du tout parabolique, le fait de focaliser le flash (de le déplacer au fond du parapluie) ne focalise pas ou guère la lumière, cela "sélectionne" davantage une section réfléchissante du revêtement plutôt qu'une autre ; le test qui alimente ce constat est que l'on obtient strictement le même résultat avec un parapluie plat de bonne qualité. Certains objecteront que le cercle de lumière est plus défini en focalisant le flash ; ce constat est plus tributaire de la rapidité du fall-off que d'une focalisation présumée.


Le bon usage d'un parapluie réflecteur argent consiste à ajuster sa position, ainsi que la focalisation du flash, strictement du point de vue du sujet afin de sélectionner la surface réfléchissante qui apportera la lumière sur le sujet, là où elle est escomptée. La lampe pilote du flash fera gagner un temps considérable.


5. Toile de diffusion

En ajoutant une toile, on s'approche de la qualité de lumière délivrée par une boîte à lumière, on perd en rendement et directionnalité ; la boîte possède des bords noirs qui permettent de canaliser davantage la lumière ; ce qui fait toute la différence dans des environnements exigus et lorsque l'on souhaite créer un mouvement de lumière donné sur un fond peu éloigné.


En terme de directionnalité, le meilleur parapluie argent que je possède est le broncolor focus 110, il est supérieur à tout ce que j'ai pu tester. Je me fendrai ici d'un conseil qui n'épargnera pas les bourses, mais les produits bon marché sont globalement médiocres ; surface réfléchissante douteuse, tilt, ombres marquées en roue de vélo... C'est comme tout, il faut avoir eu le meilleur pour estimer le reste à sa juste valeur.


PARAPLUIE RÉFLECTEUR ARGENT SOFT ou "FROST"


PLM soft silver et Shallow Silver M frost
©Paul C Buff / Profoto

1. Qualité de lumière et rendement

Cette surface réfléchissante offre un excellent compromis en terme de contraste, de saturation et de rendement ; un poil moins "mordant" que l'argenté classique (plus spéculaire) et nettement plus que le blanc.


Personnellement, c'est mon parapluie de prédilection. Avec différentes dimensions et/ou en jouant sur la distance parapluie/sujet, je trouve toujours le compromis transitions ombre/lumière, tout en ayant un contraste, un rendement et une saturation appréciables.


2. Directionnalité

La surface réfléchissante soft ou "frost" entraine une réflexion moins spéculaire que celle de l'argent classique, pour une diffusion plus importante, il n'est plus nécessaire de placer exclusivement le parapluie du point de vue du sujet. Le soft/frost demeure à la fois plus "directionnel" que le blanc.


3. Toile de diffusion

En ajoutant une toile, on adoucit les transitions ombre/lumière (plus de diffusion), on réduit le rendement et la directionnalité, tout en conservant un contraste et une saturation supérieurs à ceux d'un parapluie blanc sans toile.


Sur le marché actuel, il existe deux excellents parapluies avec un revêtement argent "atténué" : l'excellent soft silver PLM umbrella (64'' et 86'') de Paul C Buff et le Shallow Silver M frost chez Profoto, avec un rendu typé qui se prête à merveille à une courbe de tonalité de type "cut" (point noir +, point blanc -).



ET LE PARAPLUIE BLANC TRANSLUCIDE ?


De par sa conception et ses propriétés, ce parapluie nécessite un article à part entière. Il est certes très contraignant mais loin d'être inintéressant.

댓글


bottom of page